Cordonnier
La matière première pour les chaussures médiévales est le cuir. Ce dernier provient de la peau des animaux récupère le plus souvent en boucherie. Le tanneur les prépare en leur enlevant les poils et en rendant ces peaux souples. Après avoir nettoyé les peaux ; on passait au tannage proprement dit : les peaux passait dans différents bains de trempage dans des produit végétaux pour subir une transformation chimique et devenir ainsi le cuir utilisable par le savetier.cuir1
Pour fabriquer des chaussures le cordonnier n’a finalement besoin que de quelques outils :

  • Le tranchet ou couteau demi-lune pour couper le cuir
  • L’alêne pour percer le cuir pour permettre la couture
  • De la poix pour préparer le fil
  • Du fil de lin
  • Des poils de sanglier (soies)

Apres avoir poissé le fil (pour assurer un bon maintientdes fils de lin entre eux ainsi qu’une certaine étanchéité des coutures) ; on fixait a chaque extrémité du fil une soie de sanglier qui sert d’aiguilles, les trous étant préalablement percés dans le cuir avec l’alêne. Ce montage fil +2 soies est appelé le « ligneul ». Les pièces de cuir découpées avec le tranchet sont alors assemblées avec ce ligneul. Il y a au minimum 2 pièces de cuir : la semelle et la tige (le corps de la chaussure) mais divers éléments peuvent se rajouter surtout s’il y a eu une erreur lors du patronage pour rattraper cette erreur. Les chaussures sont cousues a l’envers puis plongées dans l’eau pour assouplir le cuir. Finalement elles sont retournées et il ne reste plus que les finitions a exécuter : mise en place des lacets, boutons et autres systèmes de fermeture ; mais aussi divers types de décoration.

frise